Peintures et photos

....des aquarelles et des photos sur mon autre blog:Karine Arnou

28/02/2018

Le Satyre des Glaces

Les soirées d’hiver sont propices au classement , et dans mes milliers de photos d’insectes, j’ai encore quelques inconnus que je tente d’identifier.

La surprise du jour, c’est ce papillon,   le Moiré du Simplon  (  Erebia christi) , de la famille des Nymphalidae. Il ressemble un peu à un de ses « cousins » membre lui aussi de la sous famille  Satyrinae, et qu’on appelle  communément Satyre (), ou Mégère( ) ( Lasiommata megera) .


J’ai photographié ce papillon fin juillet 2013, dans les montagnes à proximité du Passo san Marco. (Point culminant : 1992 mètres). On rencontre ce lépidoptère  en altitude, dans les montagnes suisses et dans quelques zones italiennes. Il est difficile à observer car il vit surtout sur les bords pentus des montagnes. Il aime le froid, (les italiens  l’appellent  « erebia del ghiacciai » (Erebia du glacier) sa larve se développe , enveloppée dans la graisse sous la neige.

C’est une espèce rare, menacée par le changement climatique, mais aussi par les braconniers qui vendent leurs captures plusieurs centaine d’euro ( !)


31/08/2017

LES SPECIALISTES: 1 Trichopoda pennipes

Invasion au potager 

Mon mari, dans le potager, ronchonne. Ses tomates sont envahies par de très jolis insectes qui ressemblent à des coccinelles. Sauf que ce ne sont pas de sympathiques coléoptères auxiliaires du jardin, mais des bébés punaises. Plus précisément des juvéniles de Nezara viridula, que vous connaissez sans doute mieux sous le nom de punaise verte puante .
Ci dessous, l'adulte




Nezara viridula . Imago. HETEROPTERA. Pentatomidae

Je ne peux pas vous montrer d’image illustrant l’invasion qui a mis mon mari de mauvaise humeur, car quand j’ai voulu documenter la situation avec mon appareil photo, il avait déjà bousillé tous les coupables. mais voici une photo des mêmes protagonistes qui se régalent sur les boutons de mon Hybiscus syriacus






Nezara viridula. différents stades de développement

Cette punaise originaire d’ Ethiopie, est désormais commune dans toute l’ Europe. C’ est un vrai fléau pour pas mal de plantes. Les oeufs de Nezara viridula ressemblent à ça:

Ponte. probable Nezara viridula

Pas loin du potager, sur les verges d’or ( Solidago) j’observe les nombreux insectes qui adorent cette fleur, et je voudrais vous présenter une magnifique mouche , Trichopoda pennipes, Une Tachinidae vraiment particulière, qui a un rôle à jouer dans notre histoire.
Trichopoda pennipes.
Cette mouche doit son nom à ses étranges pinceaux qui ornent ses pattes ( “pennipes” en latin et “trichopoda” en grec = qui a des plumes) elle est parasitoïde de diverses punaises, notamment Nezara viridula. la femelle de Trichopoda pond sur la punaise. L’oeuf donne naissance à une petite larve qui va migrer à l’intérieur de la punaise et s’en nourrir jusqu’à ce qu’elle la quitte pour poursuivre sa métamorphose. Comme dans de nombreux cas de parasitage, la victime ( la punaise) reste en vie aussi longtemps que le parasite ( la larve de la mouche) en a besoin
Cette mouche est originaire d’Amérique du sud. Aux états unis, elle est utilisée en lutte biologique contre Nezara viridula, qui infeste les cultures de courgettes. En Italie, on l’observe dès 1960, et aujourd’hui, elle est relativement commune. Je l’admire chaque année chez moi, en Lombardie.
Voici le dos d’une punaise parasitée. Vous voyez le petit oeuf blanc à côté de la pointe orange? Il s’agit probablement d’un oeuf de Trichopoda pennipes .

Pentatoma rufipes parasitée. probable oeuf de Trichopoda pennipes

On peut se demander comment, notre mouche spécialiste trouve ses victimes. J’ai trouvé deux hypothèses sur internet: l’une qui fait état de l’odeur désagréable caractéristique des punaises , sécrétée dans le but d’éloigner les prédateur, et qui précisément, attire notre mouche. Une autre hypothèse évoque des phéromones d’agrégation que les punaises émettent pour s’accoupler, qui attirent également la Trichopoda pennipes. Quoiqu’il en soit, notre “spécialiste” semble très bien faire son boulot, puisque le taux de parasitage mentionné est de 80 à 90 %
Trichopoda pennipes a l’abdomen noir ou orange.

Trichopoda pennipes. Forme orange. Tachinidae. DIPTERA










20/06/2017

Jardinier comblé

Le jardinier qui s'intéresse à ses fleurs a bien de la chance, surtout s'il sait regarder outre les plantes. La surprise du jour, tandis que j'arrose mes fleurs sur la véranda est cette guêpe fouisseuse , à qui j'ai bien failli infliger une douche involontaire. 

Ce Gorytes laticinctus est un hyménoptère de la famille des Crabronidae ( Tribu Bembicini).  C'est un insecte solitaire . la femelle remplit son nid d'insectes paralysés, destiné à nourrir ses larves 
Gorytes laticinctus ♀



 Cette guêpe mesure entre 9 et 13 mm, son clypeus est jaune, avec le bord interne des yeux ayant une bande jaune atteignant le clypeus. 
Elle creuse son nid dans le sol, et ses proies sont des Cercopides. 



Gorytes laticinctus ♀
Gorytes laticinctus ♀ introduisant un cercope paralysé dans le nid

20/05/2017

LA BELLE SICILIENNE DE SARDAIGNE . Megachile( Chalicodoma) Sicula

Les Mégachiles  Chalicodoma sont des abeilles sauvages solitaires. En Sardaigne et en Sicile, on peut rencontrer sur le même site  Megachile (Chalicodoma) parietina et Megachile (Chalicodoma )sicula . Toute deux sont très grandes ( de 14 à 17 mm)



Le Mégachile sicilien, contrairement à ce que son nom peut laisser supposer,  se rencontre ailleurs qu’en Sicile. (Sardaigne, France, Espagne, Italie, Afrique du nord)

Megachile (Chalicodoma) sicula ♂ (Sardaigne , Gallura 04 2017)
J'ai rencontré ce mâle le premier jour de mes vacances en Sardaigne., Incontestablement un baroudeur, ses ailes sont fort abîmées!
Il est fort différent de la femelle, la seule caractéristique qu’ils ont en commun, outre la taille, sont les pattes  oranges.

Megachile (Chalicodoma sicula ♂ Sardaigne . Gallura 04/2017





Megachile(Chalicodoma )sicula ♀ Sardaigne , Gallura 04/2017



La femelle Megachile sicula est noire avec le  front et le thorax recouverts de poils denses brun-roux. L’abdomen est glabre, brun-noir et ses pattes rouges -oranges , comme celles du mâle,  caractérisent l’espèce. Ses  ailes sont d'un violet tirant sur le noir foncé.

 Elle construit un nid en forme de poire avec un mortier constitué de salive,  de petits cailloux et de poussière . Je l’ai observée creusant le sol d’un sentier longeant la mer. Elle cherche visiblement une certaine qualité de sable, assez caillouteux. On a observé que la structure chimique de son nid contient des substances conférant au nid l’imperméabilité qui lui permet de résister à la pluie. Le nid est parfaitement intégré au milieu, difficile à trouver .( généralement dans un creux de rocher, ou sur une branche)


Megachile(Chalicodoma )sicula ♀ Sardaigne , Gallura 04/2017

La femelle , active d’avril à juin, construit diverses cellules dans  le nid , elle pond un œuf dans chacune, et nourrit la larve  avec du miel et du pollen. La larve passe tout l’hiver dans le nid, et naitra au printemps suivant.

19/10/2016

Punaise !

Une punaise est à l'origine un insecte piqueur du sous ordre des Hétéroptères.· Par Analogie , Une punaise est aussi une sorte de clou à tête large.· Les français utilisent parfois le mot punaise pour exprimer un sentiment de surprise aussi bien positif que négatif (expression familière).

                                                                 PENTADOMIDAE Nezara viridula

Étonnamment variées, incroyablement utiles, elles ont pourtant mauvaise réputation : On parle souvent de leur puanteur Pourtant certaines d'entre elles produisent des odeurs séduisantes, (jacinthe, pomme, cannelle, cerise ou cassis) au point qu'à la cour de France, elles étaient utilisées pour parfumer. 



On les dit « suceuse de sang", or la plupart d'entre elles préfèrent la lymphe végétale. Le régime alimentaire des punaises est très varié selon les espèces.

La plupart sucent la sève des plantes; la digestion est facilitée par des bactéries qui vivent dans leur intestin. Les femelles transmettent ces bactéries aux œufs afin que les jeunes, à leur tour, puissent digérer la sève.
D'autres punaises font leur proie de tout ce qui est sans défense ou assez petit pour être vaincu.
Elles prennent des proies qui sont généralement dédaignées par les autres prédateurs.
Les victimes habituelles sont des créatures au corps tendre, comme les chenilles, mais les punaises se nourrissent aussi de coléoptères.



                                                         PENTADOMIDAE  Carpocoris mediterraneus atlanticus

PENTADOMIDAE  Carpocoris mediterraneus atlanticus

Savez-vous qu'il y a au monde environ 40 000 (oui ! quarante mille !) espèces d'insecte du sous ordre des Hétéroptères. ( Littéralement « ailes diverses ») Ce nom est dû aux ailes antérieures, partiellement dures comme le cuir et en partie fines comme une membrane. 

On estime qu'il y a encore environ 20 autres mille punaises inconnues. En Europe on en recense environ 1000.

 ( quand même.. !)

Les punaises que nous rencontrons le plus souvent dans nos jardins font partie de la famille des  pentatomides (sous famille des hétéroptères), aux couleurs vives. Certaines d'entre elles  possèdent de minuscules glandes qui sécrètent une substance malodorante et venimeuse en cas de danger. 















PENTADOMIDAE Eurydema ornatum


Elles sont par ailleurs championnes du mimétisme, se fondant complètement dans leur environnement ( on dirait une feuille ou un morceau d'écorce) ou adoptant au contraire la livrée agressive et colorées d'autres espèces agressives ou venimeuses. (Exemple, la graphosoma italicum photographiée par nombre d'entre nous, avec sa livrée rouge à lignes noires). 
PENTADOMIDAE Graphosoma italicum 


Certaines ont même la capacité de ...vivre en haute mer ! (les Halobates) Les femelles déposent leurs œufs sur n'importe quel objet flottant, plume d'oiseau, bouteille en plastique...


J'ai découvert aussi que l'étude de la punaise la plus familière de tous, la Pyrrhocoris apterus que nous appelons plus communément « gendarme » ou « petit suisse » a contribué à la découverte du chromosome X. et à celle du « facteur papier » (un phénomène qui empêche les insectes de devenir adultes) Les punaises qui étaient élevées dans des terrariums recouverts de papier européen, se développaient normalement, tandis que celles qui vivaient sur du papier américain, mourraient jeunes ou ne dépassaient pas l'avant dernier stade larvaire qu'elles reproduisaient sans jamais atteindre le stade adulte. Les chercheurs découvrirent que le papier américain était fabriqué à partir d'une variété de sapin, qui pour se défendre des prédateurs produit une substance analogue aux hormones. Incidemment nos punaises ont donc permis de découvrir un moyen efficace de lutter contre les parasites. 

On les étudie aussi dans l'espoir de trouver une alternative aux antibiotiques, et elles sont utilisées en médecine vétérinaire pour opérer des prélèvements sanguins sur les animaux sans les effrayer et sans qu'il soit nécessaire de les endormir. La trompe de la punaise étant 30 fois plus fine que l'aiguille d'une seringue. 

Bien sûr certaines d'entre elles sont antipathiques, propageant des maladies graves ( la réduve qui transmet la trypanosomiase ou maladie de Chagas , ou décimant les cultures. La plus connues de ces indésirables reste la punaise des lits, en recrudescence. 

J'ai puisé les infos de mon article sur divers sites et dans un article publié par l'édition italienne de GEO magasine ( avril 2009) 





29/09/2015

BEMBEX OCCULATA : un ennemi aux aguets: APODACRA DISPAR

Dans l'article précédent je vous ai raconté l'histoire de Bemex oculata qui ne retrouvait pas son nid et se faisait chiper sa proie par des fourmis.  




Cette fois, tandis qu'elle creuse sa galerie, la voici confrontée à un autre danger : une petite mouche (5 millimètres à tout casser) se trouve posée sur une brindille à quelques centimètres de là.


Il s'agit d'un Diptère de la famille Sarcophagidae ( "Flesh flies (mouches à chair) sous famille Miltogramminae ("Satellite flies (mouches satellite) ,
une Apodacra dispar. 

Cette mouche est cleptoparasite des abeilles fouisseuses ( Sphecidae). la femelle Apodacra pond sur la proie que l'abeille fouisseuse destine à ses propres larves avant qu'elle ne l'introduise dans son terrier.  



La larve destinée à la progéniture de Bembix occulata devient donc nourriture pour la larve de l' Apodacra dispar

27/09/2015

BEMBEX OCCULATA: l'étourdie

En Sardaigne j'ai observé de nombreuses femelles de Bembex occulata affairées à creuser et alimenter leur nids. 

Ces Hyménoptères, assez gros au corps trapu et large, ont de gros yeux, un labre très développé en forme de bec et des dessins caractéristiques sur les tergites . Le dernier tergite est entièrement noir, le terrier assez profond, approvisionné par de gros diptères. 


Une femelle Bembix occulata en particulier a retenu mon attention,  elle avait capturé  une mouche mais... ne retrouvait plus son terrier ( en fait, je crois que j'avais posé les pieds dessus :-( )
Elle a commencé à chercher l'entrée du terrier avec sa proie saisie 



Ensuite, l'individuation du terrier s'avérant ardue, elle a déposé la mouche pour pouvoir plus facilement creuser

Une aubaine, que des fourmis n'ont pas laissé passer! Il ne leur a fallu que quelques minutes pour emporter leur butin tandis que la femelle Bembix occulata poursuivait vainement ses recherches. ( elle a creusé à divers endroits pendant près de 30 minutes